Analyse et critères de validité

lundi 2 mai 2011
par  Webmestre
popularité : 32%

Analyse des données

L’originalité méthodologique se trouve aussi dans l’analyse des données.
Nous considérons qu’en sciences humaines toute analyse dépend de celui qui analyse autant que des données qu’il analyse. Par contre, comme dit précédemment, l’objectivité est approchée dans la diversité des subjectivités.
1/ Il ne s’agit pas d’effectuer une synthèse ou une analyse mais plusieurs analyses avec des regards et des approches conceptuelles différentes.
2/ Les données capitalisées dans le site sont propriété de ceux qui les ont produites. C’est donc en priorité aux chercheurs du groupe de tirer ce qu’ils veulent de cet ensemble et de le communiquer (les analyses ou réflexions tirées du site sont stockées à leur tour distinctement).
3/ La capitalisation se faisant en continu et n’ayant de terme que par abandon sur désintéressement et effet de lassitude des membres de la liste (désintégration de la liste), les analyses peuvent se faire à tout moment, sachant qu’elles sont toujours provisoires.
4/ C’est à partir de la comparaison des analyses que des conclusions, provisoires elles aussi, peuvent être tirées cette fois de façon collective et au nom du groupe.
6/ Chaque chercheur du groupe est libre de l’utilisation de ses propres analyses. Il s’engage simplement à les communiquer en priorité au groupe (publication sur site ou sur la revue des crepsc).
Principe de la convergence.

C’est la convergence qui permet de valider provisoirement un certain nombre de conclusions découlant de l’observation. Ces conclusions restent toujours des hypothèses qui se renforcent simplement. Leur renforcement se traduisant toujours par des modifications de fonctionnements, donc de nouvelles observations pouvant soit être encore plus convergentes, soit divergentes… amenant à d’autres analyses renforçant à nouveau la convergence des conclusions ou au contraire demandant une reconsidération de l’ensemble des hypothèses précédentes.
Nous nous situons dans les logiques floues ou possibilistes.
La recherche du groupe, pour être fertile, demande nécessairement un grand nombre d’analyses.

Critères de validité

Les critères de validité utilisés habituellement en sciences de l’éducation sont constitués de statistiques, de tests. Ces critères doivent en principe corroborer une expérimentation. Or, il apparaît de plus en plus que ces critères et leur constatation dépendent tellement des conditions de l’expérimentation que leur interprétation même est toujours sujette à caution et donne très souvent des résultats contradictoires. Par exemple l’expérience Follow-Through menée aux Etats-Unis, avec pour objet de comparer les "résultats" des méthodes nouvelles et des méthodes traditionnelles en parsemant un système conçu pour des méthodes traditionnelles de quelques classes fonctionnant différemment ne pouvait que donner un avantage à celles pour lesquelles le système est conçu. Les critères choisis actuellement en France pour démontrer la supériorité de telle ou telle méthode de lecture sont tout aussi incertains et dépendent essentiellement de ce que, a priori, on veut leur faire dire.

Nous ne nous plaçons pas dans le cadre d’expérimentation devant essayer, prouver, vérifier. Il est important de rappeler cette caractéristique fondamentale. C’est la conduite et les réactions des enfants et du collectif d’enfants qui orientent en permanence notre action, suggèrent les hypothèses.
D’autre part, nous considérons que l’évolution des langages de chaque enfant est constante sans être forcément linéaire, différente suivant chacun. Il est donc impossible de fixer un terme où des critères puissent être déterminés, figés, comptabilisés. De même qu’il est impossible de fixer des critères réellement signifiants sur l’état que l’on pourrait considérer comme normal d’un langage alors que l’on peut le faire sur l’état d’une mémorisation.
Le seul critère de validité de nos actions et de nos hypothèses est donc l’évolution constante des niveaux de langages de tous les enfants.
Le "tous les enfants" est essentiel. On se moque de la "vitesse d’évolution" de chacun mais on introduit la notion d’évolution impérative pour la totalité du collectif. Nous savons bien que cela est risqué puisque l’on pose simultanément que l’évolution n’étant pas linéaire, il y a nécessairement soit des paliers, soit des régressions. C’est donc à moduler, mais ce point capital seul peut justifier un espace ouvertement affiché comme éducatif.
Reste à déterminer quels peuvent être les indicateurs objectifs d’évolution des langages.
On peut considérer qu’il suffit qu’un seul des langages intellectuels ou sociaux évolue pour avoir la certitude que l’outil cérébral est bien en construction. On pourrait probablement étendre ce critère aux langages plus psycho-moteurs mais, dans le cadre de l’école, nous pouvons laisser le développement de ces langages comme outils nécessaires au développement des autres langages et non comme critères de validité.
Il n’en reste pas moins que la détermination d’indicateurs n’est pas évidente. Elle l’est seulement lorsqu’un langage commence à intégrer les codes des langages extérieurs sociétalisés : alors on peut relativement facilement "visualiser", c’est à dire constater, les évolutions si leur utilisation est située dans l’action réelle et non dans l’exercice ou le test. Or, à la limite, lorsque l’on arrive à ce stade, les processus sont suffisamment entamés et autoénergétiques pour que seuls des incidents puissent les stopper, les ralentir ou les détourner. Ces indicateurs de superficialité (qui n’indiquent qu’un état conventionnel) et qui sont d’ailleurs grosso-modo ceux actuellement utilisés n’ont que peu de valeur.
Ce sont donc des indicateurs beaucoup plus subtils qu’il faut mettre à jour. Une partie de la recherche consiste en quelque sorte à tenter d’objectiver la subjectivité dont on a parlé plus haut et qui n’a, pour l’instant, que la convergence comme outil de validation.
Notre méthodologie est à la fois probabiliste, récursive et... méta-méthodologique ! D’où le qualificatif de "fluide" qui inclut au contraire une grande rigueur.